Bulletin d’information n°3 CDAC Meudon

bulletin3_Paul_Signac

DERNIÈRES NOUVELLES :

LA FONDATION « NATURE ET DECOUVERTES » SOUTIENT DESORMAIS NOTRE ACTION, ET LA SOCIETE NATIONALE DE PROTECTION DE LA NATURE, la plus ancienne association de Conservation de la Nature à l’échelle mondiale, APPUIE FORMELLELMENT NOTRE RECOURS CONTRE LES ABATTAGES ET LE REMPLACEMENT RAPIDE DES ARBRES ILLEGALEMENT ABATTUS .
Bravo et merci aux nombreux adhérents de notre jeune association, plus de 200 ! Leur enthousiasme pour la cause que nous défendons et les avis de spécialistes éminents dans les domaines concernés par la destruction de ce site exceptionnel nous confortent dans notre action contre le projet de la DRAC. Voici le résumé de nos avancées et des avis reçus concernant les arbres, le terrain, la faune et la flore.

I ) Il existe un réel danger à abattre les grands arbres de l’avenue comme le prouve un grave précédent advenu à Chaumont sur Loire (détails fournis par la mairie concernée) : En 1991, au pied du château de Chaumont sur Loire, la Direction Régionale des affaires Culturelles ( DRAC) a arraché les chênes centenaires plantés sur la colline surplombant la Loire, sur les conseils d’un expert forestier. En 1992 un premier éboulement a causé des dégâts considérables. Il a été suivi en 1995 d’un deuxième éboulement, puis d’un troisième en 2001. Des bâtiments furent détruits et la colline déstructurée car la disparition des systèmes racinaires ne permettait plus de drainer l’eau de pluie et d’étayer les sols. Rappelons que l’avenue du château est construite sur une butte artificielle et fragile car constituée en partie de gypse.

II) Les déclarations alarmistes sur la santé des tilleuls sont démenties par les nombreux avis et soutiens de personnalités scientifiques de haut niveau qui au contraire insistent sur la nécessité de conserver un patrimoine exceptionnel par la grandeur et la beauté de ces arbres :

  • Mme Andrée CORVOL, Directrice de recherche au CNRS et à l’École Normale Supérieure (rue d’Ulm), présidente du Groupe d’Histoire des Forêts Françaises, nous écrit :
    « Les tilleuls actuels ne sont pas âgés compte tenu de la longévité du tilleul cordata. Leur état est loin d’être alarmant car les cicatrices sommitales remontent à 20 ou 30 ans… L’hétérogénéité des alignements peu sensible en période estivale qui est celle où les visiteurs fréquentent le site, gêne moins que la discontinuité. »
    Il importe donc de compléter au plus vite l’ensemble des plantations. » ( 2/04/2011)
  • M. HACHETTE, Directeur de l’arboretum de Chèvreloup (Muséum National d’Histoire Naturelle), chercheur, responsable des collections ligneuses, nous écrit :
    « La personne qui a réalisé l’expertise (pour la DRAC) laisse entendre que certains arbres pourraient être rabattus. Il faudrait que ce monsieur approfondisse ses connaissances de la profession pour les soins des arbres… Les dommages dus aux étêtages de 1949 ne doivent plus concerner beaucoup d’arbres… En 60 ans la plupart des plaies sont cicatrisées. » (15/09/2010)
  • Mme FRASCARIA, Maître de conférences à l’École Nationale du Génie Rural des Eaux et Forêts, directrice de laboratoire à l’université d’Orsay Paris-Sud, responsable scientifique de l’exposition « LES ARBRES » de septembre 2010 au Sénat, nous écrit : « Ces arbres remplissent des services écologiques à l’homme comme la
    pollinisation ou la purification de l’air, ils sont un réservoir de biodiversité énorme vu leur âge. Ils peuvent contribuer aux trames vertes recommandées par le Grenelle de l’environnement. Ils ne semblent pas dangereux et contribuent à un autre service écologique, celle du bien-être humain. Un arbre coupé va avoir des répercussions sur les sols mis à nu et les risques d’érosion. Une préconisation graduelle sur un remplacement à long terme d’un arbre par un autre est sûrement à privilégier. (19/10/2010)
  • Mme Corinne BOURGERY, Ingénieur agronome, urbaniste, expert conseil en arboriculture ornementale et expert auprès de la cour d’appel de Grenoble, nous écrit :« Les tilleuls que vous cherchez à préserver et notamment ceux d’origine remontant à quelque 130 ans en arrière, témoignent pour la plupart d’une belle vigueur et ne présentent aucun signe de sénescence… J’insisterais sur la réelle « chance de ces arbres » si peu
    touchés… Peu d’anomalies altérant la solidité même de ces arbres semblent présentes… Je me permettrais simplement de conclure que le mieux qui puisse arriver est surtout de préserver en l’état ces arbres et leur épargner toute intervention. La vraie chance est d’avoir un espace de croissance de bonne qualité – fait si rare dans des espaces urbanisés fréquentés où il est plutôt question d’à peine quelques m3 disponibles pour les
    racines, de compaction importante ne laissant plus pénétrer la moindre eau ou l’oxygène indispensable, sans compter tous les travaux de proximité abîmant les ancrages des arbres – il conviendrait aujourd’hui surtout de ne rien faire sur ce site. Pourquoi d’ailleurs amorcer un renouvellement non justifié compte tenu de l’absence de problèmes ?… J’oserais conclure ce courrier en vous écrivant qu’il serait urgent de ne rien faire vis-à-vis de ces arbres qui ne demandent qu’à continuer à embellir ce site si connu et reconnu.» (23/04/2011)
  • Mr Georges FETERMAN, Président de l’association A.R.B.R.E.S. (arbres remarquables, bilan, recherche, études, sauvegarde), nous écrit :« Cette allée magnifique a été reconnue « Arbres Remarquables de France » par notre association. Je vous confirme par la présente, ce statut, signifiant que notre association considère
    cet alignement d’exception comme un ensemble d’intérêt national. Il va sans dire que nous vous soutenons dans toutes vos initiatives visant à préserver ces arbres dont l’importance esthétique et historique n’est plus à rappeler. Nous nous tenons à votre disposition pour toute initiative ou démarche visant à préserver cet ensemble remarquable ». Le président nous précise qu’aucun sujet pris individuellement ne pourrait obtenir un « label » car même les plus anciens sont « TROP JEUNES » ! – ( 2/05/2011)
  • Mr Eric DECROOP, Président de l’Association Nationale pour la Sauvegarde de l’Arbre en Milieu Urbain, nous écrit : « Nous ne pouvons que constater, une nouvelle fois, que la prise en compte de l’écologie urbaine, de la
    biodiversité, du paysage est mise à mal par les pouvoirs publics. Notre ministre de l’environnement, Nathalie Kosciusko-Moriset, lors d’une critique télévisuelle sur l’écologie politique, souhaitait l’appropriation des enjeux environnementaux de manière transversale par tous les services de l’État. On voit ce qu’il en est dans la réalité. Tous les arguments pour le maintien des tilleuls ont déjà été listés par vos différents soutiens et je ne peux qu’y apporter mon appui. Leur intérêt écologique à travers les services rendus (filtre à particules, biodiversité, oxygène, humidité, ombre) ou tout simplement leur majesté, leur beauté, la poésie du paysage n’a pas affecté le jugement de la DRAC. Dès lors on ne peut que déplorer qu’un organisme d’État décisionnaire opte pour la peine capitale plutôt que pour la vie . » (5/05/2011)

*Nous tenons à votre disposition l’intégralité des textes dont nous avons sélectionné ici quelques extraits.
Tous vos avis et idées nous seront très précieux. Parlez de notre combat à vos amis car plus nous serons nombreux, plus nous aurons de chances d’obtenir gain de cause. En nous rejoignant vous contribuerez au sauvetage d’un des sites remarquables d’Île-de-France.

BULLETIN D’ADHESION AU C.D.A.C. 1 avenue du Château 92190 MEUDON

—————————————————————————————————————————————————————–
Nom : Prénom : Adresse mail:
adresse postale: Téléphone :
Cotisation : 5 € (chèque ou espèces) Cotisation membre bienfaiteur : ( indiquer la somme)
[gview file="http://www.cdacmeudon.com/wordpress/wp-content/uploads/2014/04/Adhesion_CDAC.pdf"]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>