Présentation

22 juillet 2016

ALERTE  : LA DRAC COMMENCE LES ABATTAGES  À LA MI-AOUT PAR 29 DES PLUS BEAUX SPECIMENS DE L’AVENUE EN ÉPARGNANT DES ARBRES QUI NE SONT PAS EN BON ÉTAT…

Initialement annoncés pour l’automne 2016,  la DRAC vient d’ informer les riverains par une note distribuée par la mairie avec le Chloroville, que les abattages appelés pudiquement « renouvellement » commenceront le 16 août 2016 !

Cette anticipation/précipitation confirme que la DRAC sait que les opposants à ce projet sont nombreux et préfère massacrer  les grands tilleuls pendant la période des congés estivaux!

si l’on peut se réjouir que la même note affirme que le nombre des grands tilleuls à abattre soit passé de  112 à 29 sans aucune explication, il reste que le motif invoqué de dangerosité de ces arbres en innacaptable.

nous exigeons donc qu’une expertise soit réalisée par un expert qualifié en arboriculture ornementale et non par l’ingénieur salarié de la société qui abat les arbres.

le CDAC s’organise dès maintenant pour mener des actions visant à sauver ces arbres sains.

rejoignez nous nombreux.

C.D.A.C.

COMITE DE DEFENSE DE L’AVENUE DU CHATEAU
1 avenue du Chateau MEUDON 92190

Envoyez nous un email cdacmeudon@gmail.com

 MAJ juin 2016 

              SAUVONS LES DERNIERS GRANDS TILLEULS

MENACES D’ABATTAGE PAR LA DRAC

LA VERITE SUR CE CHANTIER DESASTREUX SUR LE PLAN ECOLOGIQUE, FINANCIER et ESTHETIQUE

A Meudon, avenue du Château, un joyau de la ville est détruit morceau par morceau depuis 1999 par la DRAC -Direction Régionale de l’Action Culturelle –

240 tilleuls sur un total de 510 abattus entre 1999 et 2015
34 tilleuls abattus d’un côté de l’avenue en novembre 2015
112 autres tilleuls prévus à l’abattage de l’autre côté  de l’avenue fin 2016

AVANT TRAVAUX DRAC

photo été avenue du château

 

 

APRÈS TRAVAUX DRACP1220653

Nous dénonçons :

  • Les fausses informations diffusées sur la santé des arbres pour justifier leur abattage
  • La dissimulation du nombre exact d’arbres prévus à l’abattage en 2016
  • La destruction d’un Monument Historique
  • Le gaspillage public de 2,3 M€ pour mener à bien ce projet qui aurait pu se limiter à 0,7M€ pour une remise en état des contre-allées uniquement
  • La mobilisation d’une importante force policière le 17  novembre 2015 en plein état d’urgence et la mise en garde à vue de deux membres de l’Association dont la Présidente, sans motif valable

Nous demandons :

  • La participation du CDAC au comité de pilotage en tant qu’association la plus représentative sur le sujet par son nombre d’adhérents
  • Un « Inventaire Faune et Flore» prévu par la loi
  • Une expertise préalable par un expert indépendant habilité GECAO
  • Le respect de la « trame Verte et Bleue» et du Monument Historique constitués exclusivement par les arbres centenaires
  • Une transparence de l’information

Rejoignez-nous dans un acte citoyen

Pour nous rejoindre : cliquez ici

Pour nous laisser un message, cliquez ici

vous trouverez  ci-dessous:

-l’historique de ce projet et nos actions en cours,

- la vérité sur l’état sanitaire des arbres  ,

- le gaspillage de l’argent public ,

-la manipulation de l’opinion publique et l’abus de pouvoir ,

- nos bulletins d’information depuis la création ,

- les médias et la presse qui ont relayé nos actions

TOUTE L’HISTOIRE POUR COMPRENDRE

Le projet initial de la DRAC, en 1999, prévoit d’abattre la totalité des 510 arbres bordant l’avenue, afin de replanter des jeunes sujets uniformes pour obtenir un alignement parfait.

L’objectif annoncé est de retrouver « l’esthétique du 19ème siècle »

En effet, d’après l’architecte en charge du dossier le site manquait d’homogénéité végétale .

Le projet prévoit également de refaire toutes les chaussées et d’interdire totalement le stationnement.

A l’époque, le Maire de Meudon donne un avis très défavorable et s’oppose à ce projet qu’il qualifie de « funeste ».

cliquez sur les liens ci-dessous pour télécharger les PDF des courriers de Mr Marseille:

lettre Hervé Marseille contre projet DRAC (1)

lettre mairie contre projet DRAC p1 (1)

lettre mairie contre projet DRAC p2 PDF (1)

la DRAC passe outre et fait abattre en 6 mois 183 Tilleuls.

En Mai 2000, le Tribunal Administratif de Paris auprès duquel l’AAAC (Association des Amis de l’Avenue du Château) a déposé un référé, ordonne de stopper les travaux, pour vice de forme du projet., ce qui rend illégal tout abattage jusqu’en 2010.

Des négociations entre la DRAC, le maire et l’AAAC débouchent sur un protocole d’accord en 2003 prévoyant:

  • de matérialiser des aires de stationnement (100 places) ,
  • de refaire le sol des contre-allées
  • de limiter l’abattage aux arbres considérés comme dangereux
  • de replanter de jeunes arbres aux emplacements des arbres abattus.

Contre toute attente, en 2009, la DRAC en contradiction totale avec ce protocole, décide d’abattre tous les arbres des alignements extérieurs à l’emplacement des aires de stationnements, soit 109 Tilleuls sains.

L’AAAC, forte de multiples preuves que les arbres sont en bonne santé, réagit avec véhémence, et demande le respect du protocole initial, sans aucun effet vis à vis de la DRAC qui lance le projet début 2010.

 

lettre AAAC 2009 contre la DRAC

 

A l ‘automne 2010, le Conseil d’Administration de l’AAAC annonce alors en Assemblée Générale qu’il renonce à s’opposer à ce nouveau projet d’abattages d’arbres, se satisfaisant d’un compromis dans lequel la DRAC s’engage à refaire la voirie et les parkings des contre allées et oubliant ainsi son combat pour le respect de ces arbres majestueux dont elle avait pourtant décrit les grands mérites dans de nombreux tracts et bulletins et sur son site internet.

La Mairie de Meudon ne prend pas position.

Outrée par cette décision du conseil d’administration, de nombreux membres de l’AAAC la quittent et fondent le Comité de Défense de l’Avenue du Château (CDAC), avec pour but de sauver le plus grand nombre de grands tilleuls encore vivants.

Le CDAC fait immédiatement bloquer la reprise des travaux par voie de référé judiciaire pour « erreur manifeste d’appréciation ». Le juge des référés a en effet estimé que le projet de la DRAC comportait trop de faiblesses.

La DRAC décide alors de tout arrêter, y compris malheureusement les replantations et l’entretien des chaussées, pourtant de sa responsabilité.

Le procès administratif va durer 5 ans au cours desquels la DRAC retire ses arguments de dangerosité des arbres car leur expertise comportait des faiblesses et contradictions comparées aux nôtres.

Malheureusement, le tribunal administratif en 2014 n’invalide pas le projet de la DRAC estimant notamment que l’argument d’ « homogénéité végétale » est acceptable.

Le Conseil d’Etat n’a pas admis  notre pourvoi en cassation, ce qui n’est pas étonnant car il n’accepte de réexaminer que 17% des recours qui lui sont soumis.

L’AAAC a demandé sans relâche à la mairie d’insister auprès de la DRAC pour reprendre les travaux connaissant pourtant les conséquences catastrophiques pour les arbres. Le Sénateur Maire de Meudon y procède officiellement par une question parlementaire au Ministre de la culture en Février 2014.

cliquez ici pour trouver la question d’Hervé Marseille et la réponse de La Ministre.

C’est donc le Maire et l’AAAC qui ont provoqué la reprise des abattages et la modification des contre allées et des parkings acceptant les conditions de la DRAC et donc la destruction du paysage et le gaspillage d’argent public.

La DRAC lance les appels d’offre au printemps 2015 malgré des divergences en son sein.

En juillet 2015,  elle installe un panneau d’information en bas de l’avenue qui ne mentionne aucun abattage mais parle d’élagage et précise qu’il n’y aura aucune intervention au dessus de la rue Obeuf. A la place où devrait être inscrit le coût des travaux il n’y a que la lettre :  €! photo-panneau-DRAC-été-2015

 

Tous les décideurs et associations locales savent que 146 grands tilleuls seront abattus car la DRAC lannonce lors dune réunion à la mairie le 13 octobre 2015  : la DRAC reprend le projet initial ! Elle abattra 34 arbres en 2015 coté pair et a prévu d’en abattre 112 en 2016 côté impair.

pour le lire compte rendu réunion du 13 octobre 2015 -2 (1)

Cette réunion est intitulée « comité de pilotage » mais ne se termine par aucun vote.

Seule la DRAC décrit succinctement son projet soutenue par le sous préfet et menace ceux qui s’y opposeront, visant le CDAC bien sûr, de poursuites judiciaires.

Le chantier débute côté n° impair de l’avenue par les tronçonnages de grands tilleuls centenaires le 9 novembre 2015.

Le CDAC sous le choc de tels procédés, décide d’alerter les médias et le grand public et organise des actions de résistance pour sauver les arbres. Le premier jour de la campagne d’abattage, Maria Olga Bosse, la Présidente, grimpe, à l’aube, dans un arbre en signe de protestation.

D’autres personnes grimpent, dont des élus politiques écologistes.

La presse se déplace et dénonce le projet et la méthode

cliquez sur les liens ci-dessous pour lire les articles:

FR3 2 novembre: « Meudon réussira-t-il à sauver ses tilleuls ? »

FR3 9 novembre:  » Meudon : une femme perchée dans un arbre pour empêcher l’abattage de centaine d’arbres « 

Reporterre 14 novembre: « Une Meudonnaise perchée sur un tilleul pour empêcher l’abattage d’arbres centenaires »

 

Des meudonnais se mobilisent, rejoignent le mouvement jusqu’à la soirée tragique du 13 novembre à Paris .

Les médias ont tout naturellement d’autres priorités.

Le 17 novembre, en plein état d’urgence, 12 policiers meudonnais avant l’aube descendent de force Maria Olga Bosse de l’arbre où elle grimpait, au mépris de sa sécurité, certains lui disant même qu’ils souhaiteraient la voir tomber ! Ils la menottent brutalement et l’emmènent sirènes hurlantes, en garde à vue ainsi qu’une autre adhérente qui assurait sa sécurité, au commissariat de Meudon où elles resteront pendant 10 heures.

Pendant toute cette la journée, plus de 30 policiers dont la plupart devaient se rendre à La Défense où pesait une menace terroriste réelle, sont réquisitionnés avenue du château pour  permettre à la société privée ( la SEM à Plaisir-78) d’abattre 27 grands tilleuls en bonne santé devant les meudonnais abasourdis de ce spectacle d’une violence inouïe.

 

 

 

Le CDAC fait dresser 3 constats d’huissiers dès le début des abattages sur l’état des souches, des troncs et des branches de chacun des 34 arbres.

La mairie refuse de réceptionner l’un de ces rapports accompagné de plusieurs centaines de lettres lui demandant d’arrêter la destruction du paysage de l’avenue.

L’huissier qui s’est déplacé en personne à la mairie, déclare n’avoir jamais essuyé un tel refus dans sa carrière.

Le Maire avait déjà refusé de recevoir ces lettres que voulait lui remettre une délégation d’une centaine de meudonnais en main propre.

Les services de la mairie ont ensuite refusé  le Recommandé avec Accusé de Réception les contenant !

La démocratie à Meudon serait elle en danger ?

L’AAAC pendant toute la campagne d’abattage, mène sur le terrain la surveillance du chantier et la désinformation de tous ceux qui sont choqués par le massacre de la nature.

Mais le CDAC ne se décourage pas et continue plus que jamais ses actions pour arrêter l’abattage prévu à l’automne 2016 de 112 grands tilleuls de l’autre côté de l’avenue:

-information des citoyens, des médias, des responsables

-dépôt de plainte pour dégradation d’un monument historique classé et pour arrestation et détention arbitraire.

 

LA VÉRITÉ SUR L’ÉTAT DE SANTÉ DES ARBRES 

 

Bien sûr, avant toute action de protection des arbres anciens, nous avons consulté de nombreux experts sur leur état phytosanitaire.
Ils s’accordent tous sur le fait que ces arbres, examinés depuis 2010, sont en TRES BONNE SANTE et n’ont atteint que le quart de leur vie :
Ces arbres peuvent donc encore vivre au moins jusqu’en 2500 !!!

Ils ont également signalé que les jeunes arbres replantés par la DRAC en 2003 n’auront jamais les qualités biologiques et esthétiques de leurs aînés du fait de leur procédé de culture et de l’évolution du climat.

C’est fort de ces expertises que nous nous sommes opposés aux abattages nuisibles à l’écosystème.

L’association très respectée A.R.B .R .E.S. qui répertorie en France les arbres remarquables a donné le label aux tilleuls de l’avenue pris dans leur ensemble ne pouvant le faire à titre individuel les jugeant trop jeunes !

Cette association soutient notre opposition aux abattages.

TOUS LES DÉCIDEURS SAVENT QUE CES GRANDS TILLEULS NE SONT NI MALADES NI DANGEREUX. DANS BON NOMBRE DE PAYS ILS SONT PROTÉGÉS PAR LA LOI CAR ILS RENDENT UN SERVICE REMARQUABLE À L’HOMME ET AUX AUTRES ESPECES VIVANTES.

Lire l’avis très bien rédigé de l’expert CITARE qui conclut:

« Pourquoi d’ailleurs amorcer un renouvellement non justifié compte tenu de l’absence de problèmes ?… J’oserais conclure ce courrier en vous écrivant qu’il serait urgent de ne rien faire vis-à-vis de ces arbres qui ne demandent qu’à continuer à embellir ce site si connu et reconnu.» (23/04/2011)

Comme tous les arbres ils nécessitent juste une surveillance et, pour certains uniquement, un élagage approprié.

Il est à noter que la DRAC elle-même, ne mentionne jamais l’état sanitaire des arbres, qu’elle a retiré ce motif devant le tribunal administratif, ses expertises présentant des faiblesses et contradictions.

Depuis 2010, le Maire et ses conseillers affirmaient qu’il n’y aurait aucun abattage !

Aujourd’hui c’est donc uniquement la mairie de Meudon qui communique  sur ce soit disant mauvais état de santé et de dangerosité pour justifier aux meudonnais ce qui est injustifiable ( voir rubrique manipulation de l’opinion et gaspillage d’argent public).

Nous tenons à rappeler que:

  • aucune grosse branche n’est tombée depuis la grande tempête de 1999
  • les cavités soit disant dangereuses sont indispensables à la biodiversité fournissant à la faune et la flore des abris pou nicher, se nourrir et se reproduire
  • toutes les photos de souches, troncs et arbres, prisent par les huissiers que nous avons mandatés ont été vues par des spécialistes qui confirment que les arbres ne présentent aucun signe justifiant un abattage.
    • la DRAC a changé son plan d’abattage sans en référer à un expert juste avant le début et même pendant leur exécution et a  fait abattre un jeune tilleul  planté en 2003

 

Tous les arbres considérés comme « remarquables » présentent des blessures souvent dues à des actions humaines qui cicatrisent au fil du temps.

Le risque zéro n’existe pas mais la surveillance régulière par un expert compétent permet de conserver des grands arbres souvent plus vieux et plus fragiles que nos tilleuls dans de nombreux lieux publics comme sur la Terrasse de l’Orangerie.

 

photos

 

Les bûcherons missionnés par la DRAC ont tronçonné, déchiqueté et évacué les tilleuls abattus au plus vite, pour éviter tout débat.

les experts prennent position contre les abattages

En octobre 2015, la directrice d’un laboratoire du CNRS à Orsay prend même la peine d’écrire à la directrice de la DRAC pour lui expliquer l’erreur que constitueraient de tels abattages:

Sujet :    tilleuls de l’avenue du château à Meudon 92

Date :       Fri, 23 Oct 2015 12:16:26 +0200

De :          Nathalie Frascaria <nathalie.frascaria@u-psud.fr>

Pour :      veronique.chatenay-dolto@culture.gouv.fr

Madame,

J’ai été alerté par le Comité de Défense de l’Avenue du Château CDAC de

la possibilité imminente de la coupe des 146 tilleuls qui longent

l’allée du château.

Je voulais juste vous signaler qu’au delà de l’aspect patrimonial que

représentent ces arbres centenaires et de l’importance qu’ils ont d’un

point de vue paysager,

ces arbres qui semblent /vieux/ pour l’administration renferment en fait

une biodiversité probablement très importante qu’il s’agit de ne pas

oublier à une époque

où le nombre d’espèces vivantes sur terre diminue de façon drastique par

nos actions non raisonnées.

 

Par ailleurs, ces arbres, espèces ingénieurs indéniables ont des

fonctions pour nos écosystèmes assez importantes notamment pour ce qui

est de l’épuration de l’eau ou la stabilité des sols

Faites attention à une coupe brutale pour l’ensemble des arbres qui

risque d’avoir des conséquences fâcheuses que vous ne soupçonnez pas!

 

Je comprends vos contraintes par ailleurs…ce n’est pas évident bien

entendu!

 

Une façon de combiner les tensions diverses serait de ne pas couper d’un

coup les 146 arbres et de le faire de façon /plus progressive/ en

imaginant une renouvellement progressif avec des arbres d’âges divers

Certes c’est plus long mais plus efficace /in fine/

 

En plus, à un mois de COP21 où le changement climatique apparaît comme

un challenge mondial, et où la France se veut partie prenante, couper

des arbres dans un tel contexte pourrait avoir une /valeur symbolique/

très mal perçue et vécue par les populations avoisinantes et cette

action pourrait être stigmatisée

 

J’espère que vous lirez mon message

N’hésitez pas à me contacter si vous le souhaitez

Bien à vous

Nathalie FRASCARIA-LACOSTE

Professeur AgroParisTech

Directrice Adjointe UMR CNRS/UPS/AGROPARISTECH 8079

Laboratoire Ecologie, Systématique & Evolution

bât 360

Univ Paris Sud

91405 ORSAY cedex 

 

Ces arbres anciens sont des trésors :
GPSO diffusait sur son site une vidéo présentant l’avenue du château comme une trame verte et bleue exceptionnelle qu’il convient de préserver à tout prix en n’y pratiquant que de légers élagages. Cette vidéo est désormais effacée. Nous en avions fait une sauvegarde ci dessous.

 

video

 

Un arbre centenaire génère 13 Kg d’Oxygène par jour ensoleillé et absorbe 18 Kg de C02 et le transforme en bois!

Il faut 2000 jeunes arbres pour rendre le même service.

video

Abattre de tels arbres relève d’actes contraires à l’Ecologie la plus basique et chaque habitant des Villes doit s’élever contre ces abattages irraisonnés qui nous privent des bienfaits immenses d’arbres centenaires.
Penser que la replantation d’un jeune sujet remplace un arbre mature est une profonde erreur.

 

Autres avis d’experts de renommée internationale sur la bonne santé des tilleuls de l’avenue du château :

 

DOC 1 : Lettre Histoire du Museum d’Histoire Naturelle

DOC 2 : Avis SNPN sur les Tilleuls de Meudon

DOC 3 : Avis CITARE sur les Tilleuls de Meudon

DOC 4 : A.R.B.R.E.S. : une association qui soutient notre action

DOC 5 : Avis de Vivre à Meudon

DOC 6 : Mail de Nathalie Frascaria

 

GASPILLAGE DE L’ARGENT PUBLIC

Le budget initial du projet s’élevait  à 7,5 M€ pour l’ensemble de la rénovation de l’avenue : chaussée centrale, place Jansenn et contre-allées.
Le budget de la tranche 2015/2016 correspondant aux espaces verts et à la réfection des contre-allées s’élève à 2,3 M€.

  • 400 000€ pour l’entreprise SEM 78 à Plaisir qui abat et replante les tilleuls
  • 1 600 000€ pour la Colas qui fait les travaux de voirie des contre-allées et des stationnement
  • 300 000€ d’honoraires pour l’ Architecte des Monuments Historiques, Daniel LEFEVRE, ce qui représente  15% du budget dépensé, taux élevé pour un projet visant à refaire des chaussées.
  • On peut craindre que ce système de rémunération par pourcentage conduit l’architecte à privilégier des travaux chers pour augmenter les honoraires : fondations profondes inutiles au regard de la fréquentation des allées, voliges métalliques, centaines de poteaux métalliques, etc…

photos

 

constat après 7 mois de travaux

  • Sur l’emplacement des somptueux arbres de 40 m de haut qui ont été abattus, la DRAC a fait replanter des petits arbrisseaux bouturés de 4 mètres de haut importés d ‘Allemagne. On se demandera  longtemps  pourquoi une telle gabegie ?
  • Les chaussées des contre-allées sont rétrécies d’un mètre, ce qui fausse la perspective initiale que prétend rechercher la DRAC ne respectant plus les règles définies au XVIIème siècle et toujours suivies pour les alignement dans les plantations ornementales.
  • Les accès aux maisons sont totalement disparates en aspect et dimension.

 

Photos

  • La réfection des sols des contre-allées et la création de place de stationnement anormalement larges, 5m sur 3,4m , sur de profondes fondations sont incompatibles avec les racines des arbres centenaires,
  • les 700 plots métalliques pour délimiter l’allée et les parkings, conduisent à défigurer la perspective historique .
  • Ces plots rendent la manœuvre pour se garer très compliquée .

Les bancs et poubelles contribuent à défigurer ce site car choisis sur un catalogue de mobilier urbain et non de parcs et jardins.

Ce chantier sanctuarise la voiture et urbanise ce site au lieu de conserver sa majesté historique.

 

Qu’est devenue l’Avenue telle que dessinée par l’architecte Le Nôtre dont la DRAC dit vouloir retrouver l’esprit ?

Imaginez l’avenue sans une voiture : elle ressemblera toujours à un parking…
N’y a-t-il pas là :

  • atteinte grave à l’environnement
  • défiguration du site
  • mise en danger des piétons et cyclistes en rétrécissant les contre-allées
  • gaspillage de l’argent public ?

 

 

MANIPULATION DE L’OPINION

 

La Mairie de Meudon, si elle s’est élevée contre le projet de la DRAC avant 2010, l’a ensuite réactivé avec la question écrite au Ministère de la Culture du Sénateur – Maire Hervé Marseille le 13 Février 2014, en demandant que le protocole prévoyant la remise en état des contre-allées de l’Avenue du Château soit mis en œuvre dans les plus courts délais.
La situation des 34 arbres sains récemment abattus et des 112 autres arbres à abattre est donc issue directement de cette demande de la part du Maire de Meudon et soutenue par les deux associations (AAAC et Comité des Sites de Meudon) que la DRAC a choisi pour faire valider son projet.
La DRAC déclare souhaiter avant tout redonner un aspect « homogène » à l’Avenue du Château, les arbres doivent avoir tous le même gabarit, pour une simple question d’esthétique. Pourtant aujourd’hui c’est une allée totalement hétérogène qui s’offre à nous, les arbres abattus ayant laissé place à des arbrisseaux qui n’atteindront très vraisemblablement jamais la splendeur de leurs aînés du fait des plantations sur 3 périodes : XXème, 2003 et 2016/2017 .

Le Maire de Meudon et ses adjoints ont affirmé depuis 2010 qu’il n’y aurait aucun abattage avenue du château alors qu’ils ont toujours su que plus de 100 grands tilleuls étaient menacés.

Les panneaux DRAC de 2010 et de 2015 n’annoncent pas les abattages et précisent que l’alignement ouest au-dessus de la rue Obeuf sera épargné.

En novembre 2015, inquiets de constater que de nombreux meudonnais et usagers venant parfois de loin se mobilisent contre les abattages et que les médias le relayent, le site de la ville de Meudon va dans un premier temps en novembre 2015 annoncer les abattages avec leur répartition exacte. Mais, voyant la contestation gonfler, elle modifie au bout de 2 jours sa page Web pour supprimer toute information relative au nombre d’arbres qu’il est prévu d’abattre et ne communiquera plus que sur les replantations.

A aucun moment il n’est rappelé que les replantations ont été rendues nécessaires par les abattages de la DRAC des années précédentes ( rappel). Replantation qui auraient du être faites depuis X années selon le protocole 2003.

 

Ne pouvant plus cacher aux meudonnais l’abattage des 34 arbres réalisé en novembre 2015, la mairie décide dans son magasine Chloroville de décembre 2015 de consacrer une page à l’avenue du château et d’écrire que les arbres étaient dangereux pour justifier les abattages : « les expertises phyto sanitaires validées par les tribunaux attestent que les 34 arbres … ».

Le journaliste qui a rédigé cet article avoue alors ne pas avoir vu les expertises, ne pas avoir vu les avis des tribunaux et déclare avoir simplement recopié le dossier de communication la DRAC.

Contacté à ce sujet Jean-Michel Guilment (du bureau ce Conduite des opérations au sein de la DRAC) reconnait :

  • qu’aucun tribunal n’a validé d’expertise phytosanitaire (rappelons que le tribunal administratif a autorisé la DRAC a mener son projet pour obtenir une homogénéité végétale mais pas pour des raisons de dangerosité. En effet,la DRAC avait elle même retiré cet argument suite à la décision du juge des référés de suspendre des travaux car les expertises fournies étaient incohé
  • Que certains arbres abattus étaient sains sans en donner le nombre exact
  • Que le choix des arbres à abattre fut basé sur les dires de l’ingénieur salarié de la société SEM titulaire du lot espaces verts

 

Ce qui invalide les communiqués de la mairie.

Rappelons que les travaux d’abattage ont été menés en pleine COP 21, et la couverture du magazine d’information de la mairie Chloroville titre en Novembre 2015 «  préservons notre environnement » sans aucune référence à l’avenue.

L’éditorial du maire consacré principalement aux déjections canines et celui du maire adjoint au développement durable à des généralités sur la défense de la planète n’ y fait aucune allusion…

 

GPSO diffusait une vidéo sur les trames vertes et bleues de son territoire où notre belle avenue du château était présentée comme un trésor à préserver à tout prix où seul « un élagage LEGER » pouvait être mené.

Cette vidéo a disparu après les abattages de novembre 2015.

 

Comment peut on en arriver à de telles contradictions entre la communication et les réalités du terrain ?

Que penser des magazines dits d’information devenus outils de manipulation de l’opinion publique?

ATTEINTE À LA LIBERTÉ DES CITOYENS

Chronique dun acharnement anti écologique

Photos et vidéos  de cette incroyable atteinte à la liberté dexpression

 

 -17 nov 2015 :6h30 -ETAT DURGENCE -DEUIL NATIONAL – nuit noire bas de la contre-allée Est de lavenue du Château – bruits de martèlement, des ouvriers sinstallent beaucoup plus tôt que dhabitude pour abattre les arbres – une femme dans un tilleul, une autre en bas de l’échelle – 4 voitures de police sont garées dans le noir – 12 policiers encerclent le tilleul qui porte un drapeau français en berne obligeant Maria-Olga Bosse, présidente du Comité de Défense de lAvenue du Château, à descendre du tilleul en lui tordant le bras et en la tirant par les pieds et les bras ; ils la menottent.

Peu avant, Héloïse, qui tenait l’échelle, est plaquée sur le capot dune voiture de police, jambes écartées ainsi empêchée de sécuriser Maria-Olga malgré ses supplications: « Tant pis pour elle si elle tombe ! », entend-t-on.

Les 2 Meudonnaises sont conduites au commissariat.

 

7h15-17h30 – commissariat de Meudon : garde à vue des 2 femmes après interpellation pour « entrave à la liberté du travail des bûcherons » – cellules séparées étages distincts cellule du sous-sol empestant la fosse sceptique humiliations diverses propos déplacés intervention rapide dun avocat : aucune charge ne peut être retenue- libération à la nuit quand tous les tilleuls sont tombés;

 

6h30-17h30-avenue du Château : hurlements des tronçonneuses – sous protection dune trentaine de policiers, 17 élagueurs abattent en hâte 26 grands tilleuls classés « trame verte et bleue » et 1 petit planté en 2003, en sus des 7 abattus la semaine précédente, dont certains ont près de 200 ans les branches tombent en vrac sur les chaussées, les pelouses, dans les jardins, les troncs sur le pavéà un mètre du sol, les souches révèlent une belle vigueur – les branches sont avalées par la déchiqueteuse la petite pelleteuse servant à tendre la corde durant le tronçonnage arbore, comme des trophées, les drapeaux français en berne arrachés aux tilleuls Des policiers laissent entendre quils ont honte d’être là, en ce jour de danger pour la nation, avec de tels ordres. Les élagueurs fanfaronnent. Les Meudonnais ont mal aux libertés et mal pour leur allée préférée quils ne reverront jamais si majestueuse.

 

Mardi 18 novembre 2015 et les jours suivants – Des bâtonnets maigrelets sont replantés en hâte, sur des portions dalignements vacants de tilleuls abattus en 1999 et 2000, et jamais replantés depuis.

Violence légale et transgression à lencontre de deux femmes totalement inoffensives et contre des arbres sans défense, au mépris de tous les avis de spécialistes renommés, dun recours des six cents adhérents du CDAC devant le Conseil d’État, des protestations de tous les amoureux des arbres (17.000 pétitionnaires sans compter les centaines de mails et lettres adressées à la mairie et à la DRAC).

 

ABUS DE POUVOIR

Une démocratie mal menée

Depuis la création du CDAC, La mairie de Meudon refuse de recevoir et entendre ses représentants. Pourtant le CDAC est à aujourd’hui l’association qui compte le plus grand nombre d’adhérents ( 6 fois plus que l’AAAC) et donc la plus représentative pour discuter avec les pouvoirs publics de la modernisation de l’avenue du château.

La mairie a refusé :

  • les centaines de pétitions signées que la présidente était venue lui remettre ainsi que leur envoi par lettre recommandé
  • le constat d’huissier sur les souches d’arbres abattus que celui-ci était venu en personne déposer ainsi que les pétitions pré citées (du jamais vu de mémoire d’huissier!)

La mairie, accuse le CDAC de relayer de fausses informations quand au projet de la DRAC en particulier concernant les abattages qui comme chacun peut désormais le constater ont pourtant effectivement eu lieu. Le maire à l’initiative de la reprise des travaux connaissait parfaitement le nombre d’arbres prévus à l’abattage d’ailleurs affiché sur le site de la mairie pendant 48 heures sans doute par inadvertance et subitement effacé.

 

PRESSE ET COMMUNICATION

 

Cliquez sur les lignes ci-dessous pour en savoir davantage :

Le Parisien

Challenge 31 Mars 2011

Communiqué de Presse du CDAC du 14 Novembre 2015

Communiqué de Presse du CDAC du 17 Novembre 2015

Communiqué de Presse de l’association Vivre à Meudon

Voeux de Mr Le Naour au Conseil Municipal du 3 Décembre 2015

Tract CDAC en réponse au tract de la DRAC de Novembre 2015

 

Contact

Le CDAC Meudon (Comité de Défense de l’Avenue du Château de Meudon)
est une association constituée de plus de 500 ardents défenseurs des arbres et du paysage tous issus du monde du travail avec des spécialités variées, tous choqués par le projet présenté par l’Etat (Ministère de la Culture) concernant un des plus beaux sites des environs de Paris.
Ce Monument végétal, classé Monument Historique et ARBRES REMARQUABLES, est en cours de destruction alors que ce poumon urbain fait partie de notre patrimoine écologique …

Nous agissons sur plusieurs plans :

  • alerter les médias et les personnalités influentes,
  • informer les meudonnais,
  • mener des actions en justice,
  • contacter les meilleurs experts,
  • réunir le plus grand nombre de Citoyens pour peser sur les décisionnaires

 

Malheureusement, notre lutte n’a pas permis la destruction récente de 34 Tilleuls centenaires splendides et tous en bonne santé, nonobstant ce que prétendent les partisans de cette destruction massive de la Nature.

Il faut maintenant éviter l’abattage de plus de cent Tilleuls supplémentaires que la DRAC s’obstine à vouloir détruire en 2016.

Nous avions réussi à empêcher les travaux par référé au Tribunal Administratif en août 2010 et poursuivons désormais notre action judiciaire pour destruction d’un monument historique.

Nous vous invitons à nous rejoindre dans un acte citoyen pour plus de respect de notre l’environnement .

N’hésitez pas à nous contacter et à nous soutenir

C.D.A.C.
COMITE DE DEFENSE DE L’AVENUE DU CHATEAU
1 avenue du Chateau MEUDON 92190

Association régie par la loi 1901

Envoyez nous un email :   http://cdacmeudon@gmail.com

Soutenez l’Association en cliquant sur   cdacmeudon.com/soutenez-nous

Une association vit par ses adhérents et par les soutiens qu’elle reçoit.
Les arbres de l’Avenue du Château nous ont déjà tant donné, qu’à votre tour, vous pouvez les aider à vivre encore !

Pour adhérer à l’association, merci de remplir ce formulaire et de le renvoyer à l’adresse de l’Association cliquez ici
L’adhésion à l’association est de 5€ minimum.

17 Responses to Présentation

    • AGISSONS MAINTENANT!
      VENEZ NOMBREUX À 15H

      Une joyeuse troupe d’opposants à l’abattage des arbres s’est retrouvée au bas de l’avenue du château hier après-midi pour définir les actions à mener .
      Les uns ont apporté des œuvres que nous accrocherons dès aujourd’hui dans les arbres, les autres leurs idées, leur réseau, leurs chansons, leurs caricatures…
      La mobilisation contre le projet prend de l’ampleur.
      rejoignez-nous avec vos amis, vos familles à partir de 15h pour décorer les arbres et surtout préparer les autres actions de terrain pour les semaines à venir.

      Nous sauverons tous nos grands arbres!

      Maria Olga Bosse
      CDAC
      1 av du château 92190 Meudon
      06 64 37 24 75

  1. Il faut bien sûr protéger les arbres ; mais aussi limiter le stationnement des voitures surtout dans le bas de l’avenue : des panneaux particulièrement inesthétiques ont été « plantés » il y a déjà pas d’années , mais ne sont pas respectés…
    et rendre plus évident que l’avenue du château est un secteur 30 !

  2. Quelle bande d’inculte quand je pense qu il n on aucune pitié d’abattre autant d arbre soit disant pour rénovation de chosé ou maladie … l’avenue va ressemblé a un parking de supermarché tans qu a faire qu il rase aussi ceux de l’observatoire….

  3. Il est évident que l’extraordinaire beauté de cette avenue sera gravement atteinte si les travaux projetés sont exécutés. Couper ces tilleuls magnifiques pour « restaurer l’alignement des arbres » relève de l’aberration. A cause de ces arbres, je suis venu habiter cette avenue il y a 17 ans et chaque matin quand je pars, chaque soir quand je reviens, je suis ému par cette splendeur. Tout le projet dans ses moindres détails et toutes les justifications données me rendent malade.

  4. Habitante du quartier Bellevue et usagere de l’avenue du chateau, je suis bien triste de découvrir que notre lieu de vie si magnifique va être complètement ravagé. Entre pression immobiliere qui abime le cadre de vie et maintenant cet abattage orchestre ..que va devenir ce quartier historique ! Un quartier sans âme !!! Pauvre France !!! Ne laissons pas abîmer nos joyaux naturels témoins de notre histoire.

    • et par la DRAC!
      la police protégeait le chantier aujourd’hui mais je suis assez persuadée que nous allons l’arrêter.
      david a gagné contre goliath!!!

  5. Le N° 44 du magazine du Département des Hauts-de-Seine, titre : « Ces arbres qu’on dit remarquables » … notre reportage sur les monuments vivants des hauts de Seine : un patrimoine méconnu mais d’une étonnante richesse »
    On s’interroge ? D’un côté on attire l’attention sur ces arbres magnifiques qui font partie du patrimoine de notre département … d’un autre côté on autorise la mort programmée de superbes tilleuls centenaires qui font aussi partie du … patrimoine de notre département .. Cherchez l’erreur ???

    • Pas d’erreur , c’est du vol. Les bonnes intentions ne se peuvent tenir face au désespoir aux pressions et à la voracité bouffeuse de vie .. Et si cette année, vous n’achetiez pas d’arbre de Noël, tout un symbole pour les enfants, on ne fait pas une fête autour d’un arbre coupé. Soyez ces arbres debout, même dans l’inconfort et la tristesse, en mémoire de tous les arbres, moches ou beaux, tous remarquables dans l’adversité.

  6. J’ai rêvé ? ou Geneviève a demandé une adresse valide pour écrire au maire ? sans avoir de réponse / l’adresse donnée en nous encourageant à écrire , ne marche pas.

  7. Je soutiens de tout coeur votre action; après m’être bien renseignée sur le sujet je constate qu’une fois encore c’est une histoire de gros sous et probablement (je n’ai pas de preuve, juste un gros doute) de copinage.
    Cette histoire est insupportable et totalement dénuée de (bon) sens.
    En tant qu’habitante de Meudon je demande que soient annulés les travaux prévus et que notre argent de bon contribuable soit utilisé à des fins PERTINENTES.
    Courage à tous et bravo pour votre action.
    Valerie VM

    • merci beaucoup de votre soutien.
      nous avons écrit encore à la DRAC, au Maire, aux médias, à plusieurs ministères et associations mais la machine de l’Etat est en route et leur impunité est à la mesure de leur suffisance malheureusement.
      le désastre continue.
      Aucun des décideurs n’a le moindre souci de respect de la nature et de l’importance de cette allée.
      c’est si dramatique.

  8. Ne peut on espérer que nos impôts aient vocation à financer des projets plus bénéfiques pour la Société et la ville que l’abattage d’ arbres dont le seul défaut de ne pas être en ligne avec Pythagore ?

    • merci beaucoup de votre témoignage.
      nous avons écrit encore à la DRAC, au Maire, aux médias, à plusieurs ministères et associations mais la machine de l’Etat est en route et leur impunité est à la mesure de leur suffisance malheureusement.
      le massacre continue.
      Les responsables de la DRAC sont d’une arrogance et d’une inculture totale en matière d’ arboriculture et de biodiversité et de beauté.
      ils semblent rechercher l’alignement des voitures au détriment de tout le reste.
      ils vont même couper toutes les branches basses des arbres ce qui est une hérésie dans une telle allée: apliqquer un gabarit routier à une allée historique met juste les voitures en vue et affaiblit l’arbre et la majesté de sa silhouette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>